Pour l’indépendance du Québec

Chers adhérents,

En ce début d’automne, permettez-moi de vous sensibiliser à la cause de l’indépendance du Québec. La crise sanitaire a marqué la vulnérabilité de notre nation et du sort français vis-à-vis du Canada. Le Québec vit présentement la plus grande crise de son histoire, celle de la reconquête de son passé. Les lois votées à l’Assemblée nationale du Québec sont fragilisées à l’heure actuelle. Le gouvernement fédéral du Canada tente d’inférioriser l’histoire et les valeurs françaises du Québec en les contestant juridiquement. Plus le temps avance, plus l’évidence semble être manifeste et signifie qu’il n’y a qu’une seule avenue possible, l’affirmation nationale. Il faut achever la Révolution tranquille.  L’opposition patriotique québécoise se montre aujourd’hui sous un nouveau jour en choisissant de renaître en réclamant de prime abord l’indépendance de sa propre personne. Il s’agit de la première étape du combat visant l’indépendance. Pour finir par réclamer éventuellement celle de l’indépendance nationale de la nation française du Québec. Ce destin commun est la seule porte de sortie. L’expression une pierre deux coups résument ainsi bien la présente situation.

Il ne faut pas nier que les atteintes aux droits fondamentaux sur le territoire du Québec ont causé un important mouvement populaire dissident. Les principaux syndicats s’opposent actuellement aux décisions gouvernementales du Québec. En connaissant bien le caractère historique de cette période, il apparait de plus en plus évident que les décisions politiques et sanitaires ont été prises également dans le but de réveiller l’identité québécoise. J’en suis convaincu. Je participerai au cours des prochaines semaines à la fondation du mouvement pour le respect de la cohésion sociale et du Québec libre, afin d’y officialiser le tout. Une situation exceptionnelle et des décisions exceptionnelles engendreront inévitablement une solution réactionnaire du peuple tout aussi libératrice et surprenante. J’ai choisi ce combat en étant aux côtés de tous, quoi qu’il advienne.

Lambert Proulx,
Correspondant de Montréal pour Francophonie Force Oblige

 

Image d’illustration : Le Conseil souverain de la Nouvelle-France peint par Charles Huot.

 

Francophonie Force Oblige

Association de défense de la langue française et de la francophonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.